Le jour où j’ai arrêté de « bosser sur moi », ou l’art de se foutre la paix !

 

Ces dernières années j’ai mis mon développement personnel au cœur de mes préoccupations. Je voulais « devenir la meilleure version de moi-même », planifier mon futur, atteindre ma vie de rêve, être zen, maîtriser mon mental, être happy 7j/7, gérer mes émotions, contrôler mes pensées pour créer ma réalité … Maintenant, je me fous la paix !!! Et crois-moi, ça fait du bien !

 

Pourquoi ? Car vouloir « se développer », « devenir », « évoluer », « travailler sur soi » => c’est penser que l’on n’est pas assez bien. C’est manquer d’amour pour la personne que nous sommes actuellement. C’est ne pas s’accepter entièrement.

Fous-toi la paix

Quand on dit « j’ai envie de faire ce stage pour apprendre à contrôler mes émotions », ou « j’ai envie d’acheter ce livre qui va m’aider à trouver le bonheur » => on envoie à notre cerveau le message « je ne sais pas contrôler mes émotions », « je n’ai pas encore trouvé le bonheur »; et toutes les auto-flagellations qui en découlent (« je n’ai pas assez travaillé sur moi », « je n’ai pas encore compris la leçon », « je ne suis pas assez éveillé·e »…).

Vouloir être happy tout le temps, vouloir penser positif en permanence, c’est renier une partie de nous-même. C’est ne s’accepter et ne s’aimer qu’à moitié.

Et si on s’aimait aussi quand on est triste ? Et si on s’aimait aussi quand on chiale ? Et si on s’aimait aussi quand on se sent paumé·e ? Et si on s’aimait même quand on loupe un cours de yoga ? Et si on s’aimait même quand on mange un gros burger bien gras ? Et si on s’aimait même si on est resté·e au lit toute la journée ? Et si on s’aimait même quand on est en colère ?

Arrêter de vouloir être parfait·e. De vouloir « bosser sur soi ». De vouloir évoluer. 

Décider que, ici et maintenant, « je suis assez », « je me conviens ainsi ».

Euh oui mais qu’est-ce qu’on fait de notre vie du coup ?

Eh bien on VIT, tout simplement 😉

Goûtons à la Vie. Celle qui nous fait parfois si peur. Celle que l’on a envie de fuir. Bah oui, la vie n’est pas que licorne et bisounours. Defois elle est fucking difficile. Et pourtant c’est aussi ça la Vie.

Vivons notre vie, simplement. Là. Ici. Avec ce qu’on est maintenant, parfaitement imparfaits. Jouons. Suivons notre joie. Posons-nous moins de questions. Attendons moins de validation extérieure. Ne cherchons plus coûte que coûte à recevoir des « signes » alors qu’on sait au fond de nous ce que l’on veut. Fonçons, ayons peur, c’est pas grave. Animé·e par nos tripes, nous kifferons. Car quand on suit notre joie, il n’y a que le présent qui compte, on savoure l’instant, on se fout du résultat final.

Contrôler vs Accueillir

Avant je voulais :

  • devenir, accomplir, planifier, contrôler => maintenant j’apprends à seulement accueillir, ressentir, accepter (pas si facile que ça, oui je sais).
  • planifier ma vie de rêve, à constamment préparer le futur => désormais je me concentre sur le présent.
  • contrôler / manipuler mes pensées pour faire arriver des choses que je voulais (loi de l’attraction) => je laisse les choses arriver à travers moi.

 

On n’a pas besoin de « contrôler » notre vie, ou de « la prendre en main ». La Vie se charge toute seule de nous faire vivre ce dont on a besoin de vivre pour évoluer. Comme le dit Marie-Christine Thebaud (chamane avec qui je suis partie à Hawaii) : « la vie trouve toujours son chemin ». Donc laissons-la faire :-).

Selon moi, l’évolution n’est pas de l’ordre du « travail sur soi » mais de l’ACCEPTATION de soi. Vivre ce que la vie nous envoie. Ressentir, expérimenter, goûter. Laisser partir. Pour accueillir de nouveau. Et ainsi de suite. Le tout dans l’accueil et l’acceptation de toutes nos facettes.

C’est une vraie libération pour moi. C’est pourquoi je tenais à t’en parler. Bien sûr cela ne tient qu’à moi, je ne prétends pas détenir la Vérité, mais en tout cas c’est ma vérité de l’instant. A prendre (si ça te parle), ou à laisser (c’est ok aussi).

Vivre. Tout simplement.
Ici. Maintenant. Dans le présent. Dans la Vie.
Descendre de notre perchoir spirituel pour s’incarner pleinement dans la matière.

Comment accueillir  

Je nous imagine comme étant chacun un canal vertical, reliant le ciel et la terre. Au quotidien nous vivons des situations qui nous font ressentir des émotions.

Or, quand on est dans le « contrôle » ou la « gestion » de nos émotions, en réalité nous les retenons, nous ne les laissons pas nous traverser. Ça créé un blocage, un bouchon, dans le canal que nous sommes.

Ne cherchons plus à comprendre pourquoi telle émotion débarque, ne cherchons plus à la contrôler. Fermons les yeux. Observons-la se mouvoir dans notre corps, sans jugement, sans mettre de mots. On n’a pas besoin de savoir pourquoi elle est là.

Ne pas s’accrocher aux choses ou aux situations ou aux émotions, qu’elles soient d’apparence positives ou négatives.

Accueillir. Accepter. Abandonner.

#SelfLoveRevolution #lâchetoilagrappe #foustoilapaix

Commentaires

  1. Héloïse

    Ton article résonne fortement pour moi Jennifer! Depuis que j’ai découvert tout ce qui touche au développement personnel et les pratiques comme le reiki, la lithothérapie, etc, j’ai parfois l’impression d’être une moins que rien par rapport à « ceux qui ont plus d’expérience pro/perso ». On nous dit qu’il faut faire ci et ça pour avoir la vie parfaite, pour atteindre ses objectifs, pour être bien au quotidien, pour faire caca rose…^^ Bref, au final, on se perd un peu soi-même et on ne voit que les mauvais côtés! L’autre jour, une amie m’a fait un soin chamanique. A la fin, elle m’a dit que mon chakra couronne et mon chakra racine étaient super actifs et très ouverts et que, si je réussissais à ouvrir mes autres chakras, ce serait incroyable. A ses paroles, au lieu d’en retenir le positif, mon mental a plutôt entendu « tes autres chakras sont fermés, t’es trop naze »… Alors ton article me redonne foi, en la simplicité des choses, en notre parfaite imperfection au moment T, en ne cherchant pas à toujours être au top, parce que c’est frustrant et fatiguant et on perd le plaisir de vivre. Merci à toi Jennifer!

    1. jennifer

      Yes !!! Exactement Héloïse ! La simplicité des choses, la perfection de l’instant présent. Tu es parfaitement imparfaite Héloïse :-). Merci pour ton commentaire ! Ravie de te lire 🙂

  2. Chanteperdrix

    Le développement personnel est tout à fait en accord avec le fond de votre article : travailler sur soi ne signifie pas vouloir contrôler ses émotions, ses pensées ou ses actes .C’est le mental qui cherche à contrôler. Ça veut dire se libérer du mental pour vraiment s’autoriser à ressentir , à s’accepter avec ses perfections et ses imperfections , croire en soi ( c’est encore le mental qui nous sape ) , vivre le moment présent ( le mental nous attache au passé ou nous projette ds le futur ) …. j’ai le sentiment qu’il y a dans votre article une erreur d’interprétation sur le véritable sens du développement personnel .

    1. jennifer

      Selon moi (et ça ne tient qu’à moi), vouloir se libérer du mental c’est déjà une injonction du mental. Je crois que c’est le jour où on décide d’arrêter de vouloir libérer son mental qu’on le libère. C’est en vivant dans le moment présent qu’on libère le mental, et non l’inverse. Enfin c’est ce que je crois, mais comme je le précise dans l’article, il s’agit de ma vérité actuelle et je ne l’impose à personne.
      Et je précise aussi que je n’ai évidemment rien contre le développement personnel. Le message que je veux faire passer par le biais de mon article c’est « allez vers tel outil de développement personnel si vous en êtes appelé·e, si l’idée d’y aller vous procure de la JOIE; et non pas pas « parce qu’il va me permettre d’être meilleure, parce qu’il va me permettre de contrôler ceci, de gérer cela… ». Suivre sa joie :-).

  3. Pénélope

    C’est aussi là où j’en suis aujourd’hui : reconnaître que nous sommes parfaits TELS QUE NOUS SOMMES et que nous avons déjà TOUT EN NOUS plutôt que de chercher l’amélioration perpétuelle qui crée comparaison, auto-jugement, fatigue voire découragement.
    Merci de ton partage ❤

  4. Carole

    Yessss Merci Jennifer,

    Exactement ce que j’essaie de toucher dans ma vie (pas facile mais je crois que c’est moi qui rend les choses encore difficiles parfois) et de faire passer dans ma vie pro aux gens que j’accompagne. Ils ont toujours l’air étonnés quand je souligne tout ce qu’ils font de bien, tout ce que je vois déjà en eux. Ensuite seulement, on se penche sur ce qu’ils veulent voir bouger parce que ça ne leur convient pas comme ça mais qqfois j’ai du mal a juste dire : mais ne faites rien car faire ne servira qu’à forcer et à vous mettre plus mal ! Enlever avant de vouloir ajouter.
    Alors merci de résonner comme ça dans ma vie pile au bon moment.
    C’est toujours un plaisir de te lire
    Carole

    1. jennifer

      Merci Carole pour ton commentaire ! Je suis ravie que l’article résonne avec ce que tu ressens. Et je trouve très chouette que tu accompagnes tes clientes dans ce sens. Tout ce qu’il y a à faire c’est de ne rien faire…. et c’est là toute la difficulté :-). Juste accueillir. Le chemin est intéressant en tout cas :-).

Ajouter un commentaire